Événements et manifestations

21e édition de la Semaine du cerveau

Du 11 au 17 mars 2019
Semaine du cerveau 2019

L'édition 2019 de la Semaine du cerveau se déroule du 11 au 17 mars, dans 100 pays et  plus de 120 villes françaises. Ce rendez-vous annuel des neurosciences, gratuit et ouvert à tous, est l'occasion pour le grand public de découvrir les dernières avancées autour du cerveau, de rencontrer des chercheurs et d'assister à des conférences, ateliers, pièces de théâtre, débats, escape games... L'évènement est placé sous le haut patronage de Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, et coordonné par la Société des neurosciences.

Actualité - Publication : 11.03.2019

Qu'est-ce que la Semaine du cerveau ?

  • Une manifestation internationale, organisée simultanément dans près de 100 pays et plus de 120 villes en France.
  • Le rendez-vous annuel des neurosciences.
  • Un évènement grand public et gratuit (sauf films en salle).
  • Une programmation scientifique de grande qualité.
  • Une rencontre entre le public et les neuroscientifiques, chercheurs, médecins et étudiants bénévoles.

Pour :

  • Sensibiliser le grand public à l’importance de la recherche sur le cerveau.
  • Rendre accessible à tous la démarche et la culture scientifique.
  • Informer sur l’actualité de la recherche en neurosciences et sur les avancées obtenues dans les laboratoires de recherche.
  • Découvrir les enjeux et les implications sociétales de ces avancées.


Organisée chaque année au mois de mars, depuis 1998, sous l'égide de la Fondation Dana (États-Unis), la Semaine du cerveau est coordonnée en France par la Société des neurosciences, une association à but non lucratif qui regroupe plus de 2 000 scientifiques dont 500 doctorants. Sa vocation : promouvoir le développement des recherches dans tous les champs de disciplines des neurosciences, de la recherche fondamentale à la clinique.

Le site de la Semaine du cerveau

Informations pratiques et programme

 
Une participation record en 2018 : 62 000 participants, 120 villes impliquées, 900 bénévoles

  • 213 conférences grand public (dont près de 80 en milieu scolaire)

  • 189 animations scolaires

  • 34 cafés sciences

  • 196 ateliers scientifiques

  • 29 projections de films

  • 16 spectacles/débats

  • 26 visites de laboratoire

  • 7 manifestations littéraires

  • 23 expositions : expositions photos, visites guidées, visites pour enfants



© ICM - Institut du cerveau et de la moelle épinière

Questions à Roland Salesse, coordinateur national de la Semaine du cerveau

Quelle philosophie guide la programmation de la Semaine du cerveau ?

Ce rendez-vous annuel est une occasion unique pour les neuroscientifiques d’aller à la rencontre du grand public, pour partager les connaissances acquises sur le fonctionnement normal et pathologique du système nerveux, débattre sur les enjeux et les implications sociétales de ces avancées et sensibiliser à la démarche scientifique. De plus, près d'un quart des 749 manifestations est dirigé vers le public jeune et/ou scolaire.

Il faut signaler plusieurs points importants. D'une part l'enthousiasme des collègues pour l'évènement : nous mobilisons 900 volontaires sur le terrain ; d'autre part le soutien du M.E.S.R.I. et de nos principaux organismes de recherche : CNRS, INRA, INSERM, ainsi que des partenariats fructueux avec Universcience, la Fédération de la Recherche sur le Cerveau (FRC), le POINT, Cerveau & Psycho et quelques organismes privés. Enfin, au niveau régional, les 37 comités d'organisation locaux sont fortement aidés par les universités, les laboratoires de recherche, les collectivités territoriales et les associations.

Quelles sont les autres particularités de cette 21e édition ?

La Semaine connaît un succès croissant. Jusqu'à présent, l'organisation était basée essentiellement sur une trentaine de villes universitaires possédant des laboratoires de neurosciences. Mais, depuis deux ou ans, des associations de professionnels de la santé nous sollicitent pour labelliser leur événement.
Nous voyons également l'effet très intéressant des réseaux sociaux. Notre public traditionnel est plutôt réparti en deux catégories : les jeunes d'âge scolaire et les personnes actives ou retraitées. Ces réseaux nous donnent accès à un public jeune d'âge intermédiaire difficile à toucher car très individualisé.

Y a-t-il cette année des thèmes et des événements qui vous semblent particulièrement importants ?

La conférence inaugurale nationale "Addictions : quand notre cerveau nous joue des tours", donnée par Jocelyne Caboche, trésorière de la Société des Neurosciences et directrice de recherche à l'Institut de Biologie Paris-Seine, Neuroscience Paris Seine-Sorbonne Université/CNRS/Inserm. Elle aura lieu le 11 mars 2019 à 18h30 dans l’amphi 25, Campus Pierre et Marie Curie de Sorbonne-Université, 4 place Jussieu 75005 Paris.


Un thème bien représenté est relatif à l'apprentissage : éducation, mémoire, langage, intelligence. Cela témoigne de l’intérêt sociétal pour l'apport des neurosciences à l'éducation, à la connaissance du développement du cerveau et des supports neuronaux de l'intelligence, mais aussi des troubles de l'apprentissage. Il s’agit bien entendu d’un thème important et objet de débats à l'heure actuelle.


À noter le point particulier de l'intelligence artificielle qui connaît un développement très rapide dans les deux sens :

  • machines bio-inspirées qui essaient de mimer le fonctionnement des réseaux neuronaux,
  • utilisation de ces méthodes d'IA pour traduire en commande ou interpréter un patron d’activité cérébrale, au point de concevoir des prothèses commandées par la pensée.

Les plus belles applications sont les prothèses commandées par la pensée et, tout dernièrement, la reconstitution de l'image d'un visage à partir des signaux électriques d'une centaine de neurones du cerveau d'un macaque.


Ensuite viennent les pathologies, comme les maladies neurodégénératives chroniques, qui inquiètent beaucoup de gens face à des besoins thérapeutiques insatisfaits, puis la sensorialité.
Nos sens nous renseignent sur notre environnement mais l’intégration de ces informations au niveau du cerveau est complexe. Les techniques modernes d'exploration permettent d’appréhender le principe de fonctionnement des réseaux neuronaux impliqués, ainsi que leurs liens avec la mémoire et le comportement.

Quels sont selon vous les domaines de la neuroscience qui joueront un rôle particulièrement important dans les années à venir, et pourquoi ?

L’intégration des différents niveaux d’analyse, de la molécule à la fonction, et la pluridisciplinarité devraient apporter beaucoup de nouveautés. Certes les méthodes de neuroimagerie fonctionnelle atteignent des niveaux de performance étonnants et nous renseignent sur le décours spatio-temporel des évènements cérébraux dans le cerveau entier, mais elles ne nous disent rien des processus moléculaires sous-jacents qui, eux, sont le plus souvent étudiés sur des cellules ou des portions isolées du cerveau.

L’optogénétique semble un bon exemple de mariage de différents outils (physique, génétique, électrophysiologie, comportement) permettant de contrôler en temps réel l’activité de populations neuronales spécifiques et ainsi de décrypter leurs implications fonctionnelles, jusque chez l’animal en comportement. Des applications thérapeutiques sont en cours d’étude pou restaurer la vision.

De façon générale, on assiste à ce qu'on appelle la convergence NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives), d'où émergerons peut-être des robots intelligents ou des issues que nous sommes loin d'imaginer ! Ici, la vigilance éthique est nécessaire.

Un autre domaine, peu représenté jusqu'à maintenant, est celui de l'épigénétique. Il s'agit de l’étude des modifications de l’expression des gènes induites par des signaux de l’environnement au sens large, incluant ceux liés au stress ou à l’alimentation. Ces modifications épigénétiques sont réversibles mais aussi transmissibles au cours des divisions cellulaires, permettant le passage d'une génération à l'autre de caractères acquis. De telles modifications épigénétiques ont été mises en évidence dans le cas de l'obésité chez l'homme, et des données chez l’animal suggèrent que certains troubles psychiatriques relèveraient de ces changements.

Un dernier champ fort popularisé depuis 2010 est celui du microbiote. Trente-sept mille milliards de microorganismes, répartis en plusieurs milliers d'espèces, "habitent" notre intestin et échangent en permanence avec nous des signaux moléculaires. De nombreux travaux montrent que l’absence de microbiote augmente la susceptibilité au stress, affecte la réactivité des cellules immunitaires du cerveau, ou encore que sa composition en espèces bactériennes change avec les maladies, dont des pathologies cérébrales (autisme, dépression, etc). Tout ceci laisse penser que non seulement le développement du cerveau, mais aussi son fonctionnement adulte et son vieillissement seraient en partie liés à son dialogue avec nos bactéries-hôtes, ce qui ouvre également la voie à des traitements potentiels.

La Semaine du cerveau célèbre cette année ses 21 ans. Quel bilan dressez-vous de cette manifestation depuis ses débuts en 1998 ?

Nous sommes passés d'une fréquentation d'environ 16 000 personnes en 2011 à plus de 62 000 en 2018.
En 2010, 23 comités locaux organisaient des manifestations ; on en compte aujourd'hui 35, mais surtout qui rayonnent sur plus de 120 villes. Ce bilan quantitatif a un impact qualitatif : cela nous permet de toucher aussi des publics éloignés des centres universitaires, donnant au plus grand nombre un accès à la culture scientifique permettant l’ouverture d’esprit, la curiosité et la lutte contre le prêt à penser.

Plus d'un quart de nos événements sont organisés pour les scolaires.
Ce public, particulièrement intéressé par le cerveau, est bien sûr une cible importante de la médiation scientifique. Nous faisons le pari que l'information de qualité dispensée à ces jeunes leur permettra un meilleur épanouissement en favorisant les bonnes pratiques de vie (alimentation, sommeil, ...).
De façon plus générale, nous pensons que l'alliance des neurosciences avec de nombreuses autres disciplines, comme dans le domaine de l’éducation par exemple, profiteront aussi aux générations à venir. Autre aspect du bilan : la renommée de la Semaine du cerveau, avec de plus en plus d'articles ou d'émissions consacrées au cerveau à l'occasion de la Semaine, en région mais aussi au niveau national.

Semaine du cerveau 2018 2

© ICM - Institut du cerveau et de la moelle épinière

Zoom sur quelques évènements nationaux

Tous les programmes sur le site de la semaine du cerveau

11 mars 2019
18h30
Conférence inaugurale
à Sorbonne Université
Addictions

12 mars 2019
2 visites : 14h ou 15h30
Visite de la plateforme de la sensorimotricité
de l'université Paris Descartes

Conférence de l'ENS : 19h30 - 20h30
La liberté vue par les Neurosciences

13 mars 2019
Conférence de l'ENS :
Esprit critique es tu là?
19h30 - 20h30

14 mars 2019
17h30
Conférence de l'Académie de Médecine,
A quoi pensent les bébés ?

15 mars 2019
14h30-17h
Visite de l'Institut de la Vision

16 mars 2019
10h à 17 h
Ateliers de l'ICM
Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière

8 mars 2019
18h30
Auvergne Clermont-Ferrand
Conférence Inaugurale : Les 11 cerveaux
qui ont gagné la coupe du monde

11 au 31 mars 2019
Auvergne Clermont Ferrand
Exposition
Le secret du monde

11 mars 2019
18h - Toulouse
Spectacle-débat
Cerveau et apprentissage de la musique

14 mars 2019
18h30
Conférence - Toulouse
Cerveau et écrans : quels impacts sur le développement de l'enfant et ses apprentissages

15 mars 2019
20h30 - 23 h
Conférence - Yerres
Le cerveau dans l'espace : Comment notre cerveau intègre les informations en apesanteur

11 au 15 mars 2019
Exposition - Rennes
Un autre regard sur les neurosciences : ouvrages et objets historiques

14 mars 2019
18h30 - 20h30
Conférence - Rennes
Entre connaissances et souvenirs : voyage en terre mnésique
12 mars 2019
20h
Conférence - Grenoble
Chatouilles (et autres petits tracas neurologiques) : ce que notre corps nous apprend sur notre cerveau
16 mars 2019
14h et 16h, durée 1h
Improvisation musicale - Brest
Cerveau et improvisation musicale : un concert exploratoire

8 mars 2019
18h15
Théâtre et soirée inaugurale
Nice Côte d’Azur
L’élan collégial pour la science et l'égalité
Soirée inaugurale "Théâtre, sciences et égalité"

7 mars 2019
20h
Café/débat - Chambery
Le contrôle du cerveau ? Hypnose, méditation et autres techniques

12 mars 2019
12h30 à 13h30
Café/débat - Chambery
Les enfants face aux écrans : quel équilibre trouver ?

13 mars 2019
20h
Café des sciences - Montbeliard
Un cerveau pour apprendre, dormir et se souvenir

11 au 19 mars 2019
Exposition - Nantes
CEREBRAL au Museum

A partir du 13 mars 2019
Théâtre et rencontre - Nantes
Soirée Théatre Alzheimer et Rencontre
Débat à 19h-20h30
Pièce "Avant que j'oublie"
à 20h30-21h30
Rencontre-Débat "Alzheimer et détection" avec des neurologues/chercheurs
19h-20h30 (pièce), 20h30-21h30 (débat)

12 mars 2019
18h30 à 20h
Conférence - Lyon
Notre cerveau sous emprise

14 mars 2019
18h
Conférence - Marseille-Aix
L’adolescence : transformation du schéma corporel dans le cerveau en plein développement

17 mars 2019
Conférence et exposition - Gonesse
Explorez votre cerveau

11 mars 2019
18h30
Spectacle-débat - Maxéville - Lorraine
Le rire (conférence inaugurale et spectacle)

14 mars 2019
19h
Conférence - Erstein (Strasbourg - Mulhouse)
Utilisation des antidépresseurs dans le traitement de la douleur chronique

15 mars 2019
12h30-13h30
Conférence - Paris Saclay
Plasticité cérébrale de l’enfant

11 au 15 mars 2019
Atelier - Orléans (Centre-Val de Loire)
Neurogame : Un escape game cerveau !

11 mars 2019
19h
Conférence - Tours-Centre-Val de Loire
Quand l’art rejoint les neurosciences : Musique et Mémoire

Publication : 11.03.2019
Retour haut de page