Accueil >  Enseignement supérieur >  Formations et diplômes >  Études de santé

Les études de santé

Refonte du premier cycle des études de santé pour les "métiers médicaux"

Suppression du numerus clausus et de la PACES - Rapport de Jean-Paul Saint-André
Rapport Jean-Paul Saint-André

Le professeur Jean-Paul Saint-André a remis son rapport sur la refonte du premier cycle des études de santé à Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé. Sur la base des propositions contenues dans ce rapport, les ministres annonceront, dans le courant du mois de janvier 2019, les axes de la réforme du premier cycle des études de santé, ainsi que les modalités de poursuite de la concertation.

Rapport - Publication : 18.12.2018

Lors de la présentation du plan "Ma Santé 2022", le 18 septembre 2018, le Président de la République avait annoncé une rénovation complète des études de santé, notamment par le biais de la  suppression du numerus clausus et de la Première année commune aux études de santé (PACES). Ces annonces répondent à un enjeu majeur : mieux former les futurs professionnels de santé pour préparer l'avenir de notre système de soins et appuyer les transformations dont il a besoin.

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé et Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ont chargé le professeur Jean-Paul Saint-André de leur présenter une proposition d’organisation.

Une large concertation

  • Pour conduire cette mission, Jean-Paul Saint-André s’est appuyé sur une large concertation.
  • Le groupe de travail s’est réuni trois fois, en formation plénière les 12 et 26 octobre et le 9 novembre 2018.
  • En parallèle des sessions plénière, et afin d'enrichir les réflexions du groupe de travail, des entretiens bilatéraux ont été conduits et de nombreuses contributions écrites ont été réunies, notamment issues des Conférences de doyens de facultés de santé,  de la Conférence des présidents d’universités, et des organisations représentatives étudiantes (voir encadré Annexes).

Des mesures annoncées début 2019

Le cadre de la réforme a été précisé par les deux ministres lors de leurs conférence de rentrée : l’objectif est de supprimer dès 2020 la PACES et le numerus clausus, pour permettre des accès multiples aux études de santé, une diversification des profils et des parcours de réussite.

Les premières mesures seront annoncées début 2019, avec les déclinaisons législatives et réglementaires, le paramétrage de Parcoursup à partir de novembre 2019, pour une première entrée dans le nouveau dispositif en septembre 2020.

A savoir
Le projet de loi Santé, qui sera présenté au Parlement au premier semestre 2019, prévoira les mesures législatives nécessaires à la suppression du numérus clausus et de la PACES.

Composition du groupe de travail

  • Fédération des Associations Générales Étudiantes (FAGE )
  • Union Nationale des Étudiants de France (UNEF)
  • Union Nationale Inter-universitaire (UNI)
  • Promotion et Défense des Étudiants (PDE)
  • Association Nationale des Etudiants en Médecine de France (ANEMF)
  • Association Nationale des Etudiants en Pharmacie de France (ANEPF)
  • Union Nationale des Étudiants en Chirurgie Dentaire (UNECD)
  • Association nationale des étudiants sages-femmes (ANESF)
  • Fédération Nationale des étudiants en Kinésithérapie (FNEK)
  • Conférence des Présidents d’université (CPU)
  • Conférence des doyens de médecine
  • Conférence des doyens de pharmacie
  • Conférence des doyens d’odontologie
  • Conférence Nationale des Enseignants en Maïeutique (CNEMA)
  • Syndicat National des Instituts de Formation en Masso-kinésithérapie (SNIFMK)
  • Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS)
  • Direction Générale de l’Enseignement Supérieur et de l’Insertion  Professionnelle (DGESIP)

Les auteurs des contributions

  • Association Nationale des Étudiants Sages-Femmes (ANESF)
  • Union Nationale des Étudiants en Chirurgie Dentaire (UNECD)
  • Fédération Nationale des étudiants en Kinésithérapie (FNEK)
  • Fédération des Associations Générales Étudiantes (FAGE)
  • Académie de pharmacie
  • Conférence Nationale des Enseignants en Maïeutique (CNEMA)
  • Conférence des doyens des facultés de médecine
  • Conférence des doyens des facultés de pharmacie
  • Conférence des doyens des facultés d’odontologie
  • Contribution commune FNEK, SNIFMK, CNOMK
  • Conférence des Présidents d’université (CPU)
  • Conférence Internationale des Doyens et des Facultés de Médecine d’Expression Française (CIDMEF)
  • Union Nationale des Étudiants en Chirurgie Dentaire (UNECD)
  • Fédération Nationale des étudiants en Kinésithérapie (FNEK)
Publication : 18.12.2018
Retour haut de page